Taxonomie des Procaryotes
Accueil
Introduction
Classification résumée
Classification générale
Liste alphabétique

Groupes trophiques spéciaux

Classification de Cavalier-Smith
Conclusion
Biblio
Plan du site
 
Synonymes
         

Rhodospirillales
Ordre I des Alpha-proteobacteria, Classe 1 des Proteobactéries,
Phylum BXIII du Domaine Bacteria

  CI. Methanobacteria
CII. Methanococci
CIII. Methanomicrobia
  CIV. Halobacteria
CV. Thermoplasmata
CVI. Thermococci
CVII. Archaeoglobi
CVIII. Methanopyri
CIX. Nanoarchaeota
AIV. Nanoarchaeota
AV. Thaumarchaeota
 
   
   
   
   
    OVI. Rhizobiales
    OVII. Kordiimonadales,
OVIII. Parvulaculales
OIX. Sneathiellales
  CII. Beta-Proteobacteria
   
   
 
   
    OIII. Xanthomonadales
OIV.Cardiobacteriales
   
   
   
   
   
 
   
   
    OIV.Desulfomonadales
OV.Desulfarcales
   
   
 
   
   
  CVI. Zeta-Proteobacteria
 
    OI_1. Clostridiales
    OI_2. Clostridiales
    OII. Thermanaero-bacteriales
    OIII.Halanaerobiales
OIV.Natranaerobiales
  CII. Negativicutes
 
    OI. Bacillales
    OII. Lactobacillales
  CIV. Thermolithobacteria
  CV. Erysipelotrichi
  SCI. Acidimicrobidae
SCII. Rubrobacteridae
SCIII. Coriobacteridae
  SCIV. Actinobacteridae
SOI. Actinomycinae
SOII. Micrococcinae
  SOVII.Corynebacterinae
SOVIII.Micromonosporinae
  SOIX. Propionibacterinae
SOX. Pseudocardinae
  SOXI. Streptomycinae
SOXII.Streptosporanginae
  SOXIII. Frankinae
SOXIV. Glyomicinae
SOXV. Catelunisporinae
  OII. Bifidobacteriales
SCV. Nitriliruptoridae
 
 
 
 
BXXVIII. Caldiserica
BXXIX. Elusimicrobia
BXXX. Armatimonadetes
   

















1. Propriétés de la Classe

Fonctions: fermentaires, saprophytes, dénitrifiants, méthylotrophes, fixateurs d ’azote, pathogènes
Morphologie: coques, bâtonnets, spirilles
Croissance: aérobies, anaérobies facultatives ou strictes, mésophiles
Nutrition: chimioorganotrophes, photosynthétiques
Habitat: ubiquistes, pathogènes

2. Taxonomie des Rhodospirillales

Phylum BXIII. Proteobacteria

Classe I. Alpha-Proteobacteria

Ordre I. Rhodospirillales

Famille I. Rhodospirillaceae

Rhodospirillum,,Azospirillum,,Caenispirillum,,Conglomeromonas,,Constrictibacter, Defluviicoccus, Desertibacter, Dongia,,Elstera,,, Fodinicurvata,,Inquilinus,,Insolitispirillum,, Levispirillum,,Magnetospirillum,,Marispirillum,,Nisaea,, Novospirillum,,Oceanibaculum,,Pelagibius,Phaeospirillum,,Phaeovibrio,,,Rhodocista,,Rhodospira,,Rhodothalassium,,Rhodovibrio,, Roseospira,,Skermanella,,Telmatospirillum,,Thalassobaculum,, Thalassospira, Tistlia, Tistrella

Famille II. Acetobacteraceae

Acetobacter, Acidicaldus, Acidiphilium, Acidisoma, Acidisphaera, Acidocella, Acidomonas, Ameyamaea, Asaia,, Belnapia,Craurococcus,Gluconacetobacter,Gluconobacter,Granulibacter, Kozakia,Muricoccus,Neoasaia,Neokomagataea, Paracraurococcus,, Rhodopila,Rhodovarius, Rhodovastum,Roseococcus,Roseomonas,Rubritepida,Saccharibacter,Stella,Swaminathania, Tanticharoenia,Teichococcus, Zavarzinia

Ordre II. Rickettsiales

Ordre III. Rhodobacterales

Ordre IV. Sphingomonadales

Ordre V. Caulobacterales

Ordre VI. Rhizobiales

Ordre VII. Kordiimonadales

Ordre VIII. Parvularculales

Ordre IX. Sneathiellales

 

Phylum BXIII. Proteobacteria

Classe I. Alpha-Proteobacteria

Ordre I. Rhodospirillales

Famille I. Rhodospirillaceae

Ces organismes présentent la plus forte tendance à la photo-organotrophie de toutes les bactéries phototrophes. Les composés carbonés organiques simples sont les donneurs d'électrons et les sources de carbone préférés en présence ou en l'absence de CO2. De nombreuses souches croissent de façon photolithotrophe avec l'hydrogène moléculaire et certaines avec H2S ou le thiosulfate. Toutes les espèces sont microaérophiles et plusieurs peuvent croître à l'air, à l'obscurité ou à la lumière. La formation des pigments photosynthétiques et des membranes intracytoplasmiques est régulée par la tension en oxygène.

Rhodospirillum (Gr. rhodum, rose)

Bactéries spirallées (0,3-1 x 3-10 microns), se multipliant par fission binaire, mobiles par flagelles bipolaires. Gram négatif. Les pigments (bchl a et caroténoïdes du groupe I) sont localisés sur des systèmes membranaires internes (vésicules ou empilement de lamelles) issus de la membrane cytoplasmique qu'ils continuent de façon parallèle. Absence de vacuoles de gaz. Les suspensions cellulaires prennent différentes teintes du rouge au brun grâce aux pigments photosynthétiques (bande d'absorption à 530 ou 550 nm). Bactéries d’eau douce. Croissance photo-organotrophe anaérobie à la lumière et chimio-organotrophe en aérobiose ou microaérophilie à l’obscurité. L'ADN renferme 63 à 66 mol % de G+C. Deux espèces, dont l'espèce type Rhodospirillum rubrum (L. rubrum, rouge).


Rhodospirillum rubrum
Tr üper & Imhoff (1989)  in Bergey’s Manual of Systematic Bacteriology, vol. 3.
 J.T. Staley et al. eds., Williams & Wilkins pub.., p. 1665.

Azospirillum

Anciennement appelé Spirillum lipoferum par Beijerinck, redécouvert sur les racines des graminées et fixant l'azote (méthode de réduction de l'acétylène) en microaérophilie. Aérobie avec une source d'azote minérale ou organique. Vibrions courts, trapus, avec un seul flagelle polaire en milieu liquide mais de nombreux flagelles latéraux à plus courte longueur d'onde en milieu solide. Les granules de PHB constituent 30 % du poids sec de la cellule. ADN : 69-71 mol % G+C. Sept espèces, dont Azospirillum lipoferum.


Azospirillum brasilense
Krieg & Dobereiner (1984) in Bergey's Manual of Systematic Bacteriology, vol. 1, N.R. Krieg & J.G. Holt eds., Williams & Wilkins pubs., p. 97

Caenispirillum (L. caenum, boue)

Bâtonnets hélicoïdes (0,5-0,7 x 0,7-7 microns), mobiles par un flagelle polaire, non sporulés, Gram négatif. Colonie jaune-grisâtre, de 1,5-2,5 mm de diamètre, circulaire, élevée, lisse, luisante. Aérobies stricts, chimio-organotrophes. Utilisent adipate, citrate, malate, glycérol, ribose et gluconate. Nitrate réduit en nitrite. Hydrolysent les Tweens 20, 40, 60 et 80, l'amidon et l'ADN. Quinone Q-10. Lipides polaires: phosphatidylcholine, phosphatidylglycérol, phosphatidyléthanolamine et deux inconnus. Croissance optimale à 37°C (15-47°C), pH 7-8 (6,5-10) et 5 g/l de NaCl (0-50 g/l). ADN : 70 mol % G+C. Une seule espèce, Caenispirillum bisanense, isolée d'une boue de station d'épuration en Corée.

Conglomeromonas = Azospirillum

Constrictibacter (L. constrictus, compressé, contracté)

Cellules ovoïdes à bâtonnets (0,8-1,0 x 1,5-2,0 microns), souvent en paires ou chaines, mobiles, non sporulés. Colonie blanche, circulaire, < 0,2 mm de diamètre. Aérobies à microaérophiles, catalase positive, oxydase négative. Produisent phosphatases acide et alcaline, cystine arylamidase, estérase (C4), estérase lipase (C8), beta-glucosidase, leucine arylamidase, Iipase (C14), naphthol-AS-Bl-phosphohydrolase, trypsine et valine arylamidase. Réduisent le nitrate. Des éléments nutritifs comme la tryptone ou l’extrait de levure sont essentiels pour la croissance. Ribose, fructose, lactose, saccharose, tréhalose, glycérol, glycolate, malate, acétate, succinate, pyruvate, aspartate et glutamate sont utilisés. Quinones respiratoires majeures : Q-10 et Q-8. Croissance optimale à 25°C (5-30°C) et pH 7 (6-8). Temps de division optimal de 36 h. ADN : 70 mol % G+C. Une seule espèce isolée d’une roche en Antarctique, Constrictibacter antarcticus.

Defluviicoccus (L. defluvium, eau d’égoût)

Coques à coccobacilles (1,5-4 microns de diamètre), en amas ou tétrades, non mobiles, non sporulés, Gram négatif. Accumulent des granules de PHA sur glucose, acétate et propionate. Colonie mucoïde beige de diamètre < 5 mm. Aérobies stricts chimio-hétérotrophes. Catalase positive et oxydase négative. Utilisent certains sucres et acides organiques. Hydrolysent faiblement l’urée et la gélatine. Croissance entre 20 et 30°C et pH 5 à 8,5. ADN : 66 mol % G+C. Une seule espèce isolée de boues activées, Defluviicoccus vanus.

Desertibacter (L. desertum, désert)

Bâtonnets, mobiles par un seul flagelle polaire, Gram négatif. Colonie rose, circulaire, convexe, à bords réguliers. Les cellules contiennent du PHB. Bacteriochlorophylle a non détectée. Aérobies stricts, catalase et oxydase positives. Nitrate réduit en nitrite. Incapable de fixer l’azote moléculaire. Hydrolysent esculine et gélatine mais pas caséine, tyrosine ou amidon. Sur tests API ZYM, positifs pour phosphatase alcaline, estérase (C4), estérase lipase (C8), leucine arylamidase, valine arylamidase, cystine arylamidase, naphthol-AS-BI-phosphohydrolase, beta-galactosidase (faiblement) et alpha-glucosidase (faiblement) mais négatifs pour lipase (C14), trypsine, alpha-chymotrypsine, phosphatase acide, alpha-galactosidase, beta-glucuronidase, N-acétyl-beta-glucosaminidase, beta-glucosidase, alpha-mannosidase et alpha-fucosidase. N’assimilent pas le D-glucose, L-arabinose, maltose, D-mannose, D-mannitol, N-acétylglucosamine, adipate, caprate, malate, gluconate, citrate trisodique ou phénylacétate. La quinone isoprénoïde est Q-10. Sensibles à (par disque) érythromycine (15 mg), vancomycine (30 mg), streptomycine (10 mg), achéomycine (30 mg) et pénicilline (10 IU). Croissance optimale à 37–40°C (12–42°C), pH 8 (7–10) et 5 g/l NaCl (jusqu’à 15 g/l). ADN : 71 mol% G+C. Une seule espèce isolée d’un sable du désert de Taklimakan en Chine, Desertibacter roseus.

Dongia (Professeur Xiu-Zhu Dong, bactériologiste et taxonomiste bactérien Chinois)

Bâtonnets droits à légèrement incurvés (0,3-0,5 x 0,6-1,0 microns), mobiles, non sporulés, Gram négatif. Système de membranes internes et bactériochlorophylle 4 absents. Colonie blanche, transparente, lisse, circulaire, convexe, de 0,5-1 mm de diamètre après 3 jours d’incubation à 30°C. Aérobies stricts hétérotrophes. Oxydase et catalase négatives. Non phototrophes. Faible croissance sur L-arabinose, cellobiose, glucose, lactose, maltose, raffinose, saccharose, D-xylose, érythritol, glycérol et D-glucitol. Pas de croissance sur acétate, caséine, citrate, citrate, inositol, malate, méthanol, L-rhamnose, sorbitol et succinate. Réduisent le nitrate en nitrite. Négatifs pour Beta-galactosidase, uréase et production d’indole et H2S. Hydrolysent faiblement Tweens 20 et 80, mais pas amidon, tyrosine, caséine, arginine, gélatine et esculine. Sur tests API ZYM, positifs pour phosphatase alcaline, esterase (C4), estérase lipase( C8), leucine arylamidase, p hosphatase acide et naphthol-AS-BI-phosphohydrolase, faiblement positifs pour lipase( C14), valine arylamidase et cystine arylamidase. Ubiquinone majeure Q-10. Sensibles à (par disque) vancomycine (30), gentamicine (10), carbenicilline (100), polymyxine B (300 U), streptomycine (10), kanamycine (30), ampicilline (10), néomycine (30), chloramphénicol (30) et pénicilline (10 U) et faiblement sensibles à tétrarycline( 30), érythromycine (15), novobiocine (5) et rifampicine (5). Croissance optimale à 30-35°C (20-40°C), pH 7,0-7,5 (6,0-10,0) et 5 g/l NaCl (0-20 g/l). ADN : 66 mol % G+C. Une seule espèce isolée d’un digesteur batch traitant un effluent de malachite verte, Dongia mobilis.

Elstera

Fodinicurvata (L. Fodina, mine ; L. curvatus, incurvé, courbe)

Bâtonnet vibrioïde (0,2-0,5 x 0,5-1,5 microns), non mobiles, Gram négatif. Accumulent du PHB. Colonie blanc-crème, circulaire, convexe et opaque. Anaérobies facultatifs chimio-hétérotrophes, catalase et oxydase positives. Utilisent divers sucres et acides organiques et aminés. Nitrate réduit. Quinone majeure Q-10. Phospholipides majeurs : diphosphatidylglycérol, phosphatidyméthyléthanolamine et phosphatidylcholine. Halophiles. Croissance optimale à 28°C (15-42°C), pH 7,5 (6,5-8,5) et 15-200 g/l NaCl. ADN : 62 mol % G+C. Deux espèces isolées d’une mine de sel en Chine, dont Fodinicurvata sediminis.

Inquilinus (L. inquilinus, locataire)

Bâtonnets Gram négatif, non sporulés. Aérobies chimio-organotrophes. Catalase positive. Croissance entre 25-42°C et 10 g/l de NaCl.  N'utilisent pas les sucres. Présence de lipase, phosphatase, N-acétylglucosaminidase, b-glucosidase et plusieurs  aminopeptidases. ADN : 70-71 mol % G+C. Une seule espèce, Inquilinus limosus, isolée de secrétions respiratoires d'un patient américain.

Insolitispirillum (L. insolitus, non accoutumé)

Cellules hélicoïdes Gram négatif. Aérobies catalase et oxydase positives. Nitrate non réduit. Utilisent l'esculine. Hydrolysent l'urée. Ubiquinone prédominante Q-9. Température maximum de croissance 39°C. ADN: 62 mol % G+C. Une seule espèce reclassée du genre Aquaspirillum, Insolitispirillum peregrinum, subdivisée en deux sous-espèces.

Levispirillum

Cellules hélicoïdales (0,4-0,7 x 2-22 microns), mobiles par une touffe de flagelles bipolaires, Gram négatif. Formation de coccoïdes et de PHB. Aérobies stricts chimio-organotrophes, catalase et oxydase positives. Utilisent quelques acides aminés comme source de carbone. Acide formé sur fructose. Phosphatase positive, sulfatase négative. Une espèce réduit le nitrate en anaérobiose. Indole négative, esculine positive. Prototrophes. Activité nitrogénase en anaérobiose avec sulfate d'ammonium. Pas de croissance avec 30 g/l NaCl. ADN: 60-64 mol % G+C. Deux espèces et quatre sous-espèces isolées de mares dont Levispirillum (es Aquaspirillum) itersonii.

Magnetospirillum

Spirilles hélicoïdes (0,2-0,7 x 1-20 microns), mobiles par un flagelle à chaque pôle (amphitriche), Gram négatif. Contiennent des magnétosomes en chaîne dans le cytoplasme. La mobilité et le magnétisme peuvent être perdus après plusieurs repiquages. Microaérophiles, catalase et oxydase variables. Chimio-organotrophes. Utilisent surtout des acides organiques et parfois des sucres. ADN : 64-71 mol % G+C. Deux espèces isolées de sédiments de rivières, dont Magnetospirillum(ex-Aquaspirillum) gryphiswaldense.

Marispirillum

Cellules hélicoïdes (0,6-0,7 x 1,9-2,7 microns), mobiles par un à trois flagelles (un flagelle à chaque pole), non sporulés, Gram négatif. Colonie lisse, grise à jaunâtre, à bords réguliers, de 1-2 mm de diamètre. Aérobies chimio-organotrophes. Catalase positive et oxydase négative. Nitrate dénitrifié. Croissance sur de nombreux acides organiques et quelques acides aminés. Hydrolysent amidon, gélatine, urée et Tween 80. Halophiles modérés. Croissance optimale à 25-37°C (10-41°C) et 20-80 g/l NaCl (5-120 g/l). ADN : 67 mol % G+C. Une seule espèce isolée d’eau profonde de l’Océan Indien, Marispirillum indicum.

Nisaea (L. Nisaea, nymphe de la mer)

Bâtonnets (0,7-1,1 x 1,9-3,1 microns), mobiles par un flagelle polaire, Gram négatif. Colonie crème. Aérobies hétérotrophes, catalase et oxydase positives. Utilisent quelques acides organiques et sucres. Dénitrifiantes. Quinone Q-10. Présence de phosphatidylglycérol dans les lipides polaires. Croissance optimale à 30°C (15-44°C), pH 6 (5-9) et 20 g/l de NaCl (0-60 g/l). ADN : 60 mol % G+C. Deux espèces isolées de la Mer Méditerranée, dont Nisaea denitrificans.

Novispirillum (L. novus, nouveau)

Cellules hélicoïdes Gram négatif. Aérobies catalase et oxydase positives. Dénitrifiants réduisant le nitrate en gaz. Utilisent le malate. Hydrolysent la tyrosine. Ubiquinone prédominante Q-10. Température maximum de croissance 41-43°C. ADN: 63-65 mol % G+C. Une seule espèce reclassée du genre Aquaspirillum, Novospirillum itersonii, subdivisée en deux sous-espèces.

Oceanibaculum (G. oceanus, océan ; L. baculum, bâtonnet)

Bâtonnets (0,6-1,5 x 2,3-2,5 microns), mobiles par un flagelle polaire, Gram négatif. Colonie circulaire, faiblement élevée, lisse, grise, de 1-2 mm de diamètre. Aérobies stricts chimio-hétérotrophes, catalase positive et oxydase négative. Utilisent diverses sources de carbone. Nitrate réduit en nitrite. Faiblement halophiles. Croissance optimale à 25-37°C (10-42°C) et 5-70 g/l NaCl (0-90 g/l). ADN : 65 mol % G+C. Une seule espèce isolée d’eau profonde de l’Océan Indien, Oceanibaculum indicum.

Pelagibius (L. pelagus, la mer ; G. bios, vie)

Bâtonnets droits à légèrement incurvés (0,5-1 x 1,2-2,5 microns), mobiles par un flagelle polaire, non sporulés, Gram négatif. Présence de granules de PHB. Colonie circulaire, convexe, crémeuse, de 0,3 mm de diamètre. Aérobies stricts chimio-organotrophes. Catalase et oxydase positives. Nitrate réduit en nitrite. Utilisent des sucres et quelques acides organiques. Hydrolysent L-tyrosine. Quinone isoprénoïde majeure Q-10. Halophiles modérés. Croissance optimale à 28-30°C (15-33°C), pH 7-8 (6-11) et 30-40 g/l sels de mer (20-60 g/l). ADN : 66 mol % G+C. Une seule espèce isolée de la mer de Corée, Pelagibius litoralis.

Phaeospirillum

Vibrions à spirilles (0,5-1 micron de diamètre), mobiles par flagelles polaires, Gram négatif. Système membranaire photosynthétique sous forme d’empilement de lamelles, contenant bchl a et caroténoïdes. Bactéries d’eau douce. Croissance photo-organotrophe anaérobie à la lumière et en microaérophilie à l’obscurité. Auxotrophes. ADN : 60-66 mol % G+C. Deux espèces, dont Phaeospirillum fulvum.

Phaeovibrio (G. phaeos, brun; L. vibro, vibrer)

Cellules vibrioïdes (0,3-0,5 x 1,2-2,5 microns), mobiles par flagelles polaires, Gram négatif. Multiplication par fission binaire. Membranes internes lamellaires et vésicules présentes. Bactériochlorophylle d et caroténoïdes des séries rhodopinales sont les pigments photosynthétiques majeurs. Cultures phototrophes brun pâle. Bactéries anaérobies strictes phototrophes obligatoires d’eaux fraiches. Facteurs de croissance requis (biotine et acide p-aminobenzoïque). Utilisent un nombre limité de substrats. Croissance sur acétate, pyruvate et succinate. Sels d’ammonium et glutamine sont utilisés comme source d’azote et les sulfures comme source de soufre. Mésophiles avec pH optimal de 7,0 (7-8) et tolérant jusqu’à 5 g/l de NaCl. ADN : 68-69 mol% G+C (HPLC). Une seule espèce isolée d’eaux polluées en Inde, Phaeovibrio sulfidiphiIus.

Rhodocista = Rhodospirillum

Rhodospira

Vibrions à spirilles (0,6-0,8 x 1,5-3 microns), mobiles par une touffe bipolaire de deux à cinq flagelles, Gram négatif. Système membranaire cytoplasmique de type vésiculaire. Présence de bchl b et caroténoïdes (tétrahydrospirilloxanthine). Croissance photo-organotrophe anaérobie à la lumière avec utilisation d’acides organiques. Croissance chimio-organotrophe en microaérophilie à l’obscurité. Facteurs de croissance requis. Cultures colorées en beige à pêche. Une seule espèce, Rhodospira trueperi.

Rhodothalassium

Vibrions à spirilles (0,5-1 micron de diamètre), mobiles par flagelles polaires, Gram négatif. Système membranaire photosynthétique sous forme d’empilement de lamelles, contenant bchl a et caroténoïdes des séries de la spirilloxanthine. Ubiquinones et ménaquinones Q-10 et MK-10. Requièrent de l’eau de mer pour la croissance et tolèrent jusqu’à 200 g/l de NaCl. Croissance photo-hétérotrophe anaérobie à la lumière et chimiotrophe en microaérophilie à l’obscurité. Auxotrophes. ADN : 63-66 mol % G+C. Une seule espèce isolée d'environnements hypersalés, Rhodothalassium salexigens.

Rhodovibrio

Vibrions à spirilles (0,6-0,9 micron de diamètre), mobiles par flagelles polaires, Gram négatif. Système membranaire photosynthétique sous forme de vésicules, contenant bchl a et caroténoïdes. Requièrent de l’eau de mer pour la croissance et tolèrent jusqu’à 200 g/l de NaCl. Croissance photo-organotrophe anaérobie à la lumière et en microaérophilie à l’obscurité. Auxotrophes. ADN : 65-69 mol % G+C. Deux espèces, dont Rhodovibrio salinarum.

Roseospira

Vibrions à spirilles (0,6-1 micron de diamètre), mobiles par flagelles polaires, Gram négatif. Système membranaire photosynthétique sous forme de vésicules, contenant bchl a et caroténoïdes. Requièrent de l’eau de mer pour la croissance et tolèrent jusqu’à 150 g/l de NaCl. Croissance photo-organotrophe anaérobie à la lumière et en microaérophilie à l’obscurité. Auxotrophes. ADN : 65-68 mol % G+C. Une seule espèce, Roseospira mediosalina.

Skermanella (Skerman, microbiologiste américain)

Bâtonnets droits à légèrement incurvés (1-1,5 x 1,5-3 microns), isolés ou en paires, Gram négatif, non sporulés, mobiles par un flagelle polaire à subpolaire ou flagellation mixte polaire et péritriche. Accumulent du PHB. Formation de conglomérats multicellulaires non mobiles, se divisant par septation multi-plan et pouvant se dissocier en cellules individualisées mobiles. Aérobies stricts catalase et oxydase positives, chimio-organotrophes non fixateurs d’azote. Croissance optimale à 28 °C (5-35°C) et 0-50 g/l de NaCl.  Nitrate réduit en nitrite. Fermentent les sucres en acide sans gaz. ADN : 67-68 mol % G+C. Deux espèces, dont Skermanella parooensis, isolée d’eaux douces en Australie.

Telmatospirillum (G. telmatos, marais)

Cellules vibrioïdes à spiralées (0,2-0,6 micron de diamètre), mobiles par un à deux flagelles polaires ou subpolaires, Gram négatif. Formation de cellules circulaires et de corps coccoïdes dans les cultures âgées. Colonie petite, brune, beige ou rose. Anaérobies microaérophiles (PO2<5 kPa), chimio-hétérotrophes, oxydase et catalase négatives. Croissance anaérobie sur glucose et acides organiques, croissance microaérophile sur acétate, oxalate, éthanol et méthanol, croissance autotrophe sur H2 + CO2 en microaérophilie. Capables de fixer l'azote atmosphérique. Mésophiles croissant entre 4 et 30°C (opt. 25-28°C) et pH 4-7 (opt. 5,7-6,5). ADN : 62-64 mol % G+C. Une seule espèce isolée dans un marais sibérien d'un consortium méthanogène, Telmatospirillum siberiense.

Thalassobaculum

Bâtonnets droits à légèrement incurvés (0,3-0,5 x 1,3-1,5 microns), mobiles par un flagelle polaire, Gram négatif. Présence de granules de PHB. Colonie circulaire, convexe, jaune-crème de 1 mm de diamètre. Anaérobies facultatifs chimio-hétérotrophes, oxydase et catalase positives. Croissance sur quelques sucres et extrait de levure. Nitrate réduit en nitrite. Incapables de fixer l'azote atmosphérique. Quinone isoprénoïde Q-10. Mésophiles croissant entre 10 et 35°C (opt. 30-35°C), pH 7-9 (opt. 8) et 10-100 g/l de sels de mer (opt. 20-40 g/l). ADN : 68 mol % G+C. Une seule espèce isolée de la mer en Corée, Thalassobaculum litoreum.

Thalassospira (G. thalassa, mer ; G. spira, spire)

Cellules vibrioïdes à spiralées (0,6 x 3-5 microns), mobiles par un flagelle polaire, Gram négatif. Colonie opaque, incolore ou légèrement jaune. Aérobies stricts, chimio-hétérotrophes, incapables de croissance anaérobie par fermentation, réduction du nitrate ou photohétérotrophie. Oligotrophes facultatifs capables de croître à des concentrations très faibles de nutriments. Oxydase et catalase positives. Utilisent NH4 et nitrate comme source d’azote. Utilisent les hydrates de carbone, les acides organiques ou aminés comme sources de carbone. Indole, arginine-dihydrolase et gélatinase négatives. Halophiles strictes exigeant des ions sodium pour leur croissance jusqu’à NaCl 100 g/l. Mésophiles croissant entre 4 et 40°C. ADN : 55 mol % G+C. Une seule espèce isolée d’eau de mer après enrichissement en conditions oligotrophes, Thalassospira lucentensis.

Tistlia (Michael Tistl, géologue colombien)

Bâtonnets droits à légèrement incurvés (0,6-0,7 x 3,0-3,5 microns), à mobilité tremblotante, sans pili ni spore, Gram positif. Aérobies stricts chimiohétérotrophes. Utilisent glucose ou peptone comme seule source de carbone. L’extrait de levure n’est pas requis pour la croissance mais augmente la masse cellulaire. Utilisent pyruvate, butyrate, succinate, glucose, mannose, xylose, galactose, arabinose, tréhalose, cellobiose, lactose, saccharose, rhamnose, fructose, maltose, peptone, Casamino- acides, tryptone, pepticase, gélatine, arginine, alanine, leucine, isoleucine, valine, glutamate, glycérol, inositol et amidon, mais pas formate, acétate, méthanol, lactate, citrate, alpha-cétoglutarate ribose, rhamnose, méthionine, thréonine, lysine, glycocolle, histidine, Tween 80, oléate d’éthyle, huile d’olive, benzoate ou cinnamate. Urée, nitrate et glutamate peuvent servir de source d’azote. L’ubiquinone prédominante est Q-10. Sensibles à ampicilline, streptomycine, chloramphénicol, tétrarycline et pénicilline. Mésophiles et légèrement halophiles. Croissance optimale à 30°C (20-40°C), pH 6,5-6,7 (5,0-8,0) et 5 g/l NaCl (0-40 g/l). ADN : 70-72 mol % G+C. Une seule espèce isolée d’une source salée en Colombie,Tistlia consotensis.

Tistrella (TISTR, Thailand Institute of Scientific and Technological Research)

Bâtonnets droits (0,7-1 micron de large), Gram négatif, non sporulés, très mobiles par un flagelle polaire. Accumulent des Polyhydroxyalcanoates. Aérobies stricts catalase et oxydase positives, chimio-organotrophes. Utilisent quelques sucres et acides organiques. produisent de l'acide sur sucres. Hydrolysent esculine, gélatine et arginine. Nitrate réduit en nitrite. Croissance optimale à 30°C (20-40°C) et pH 7,4 (5-9). ADN : 68 mol % G+C. Une seule espèce, Tistrellamobilis, isolée d’eaux usées en Thaïlande.

Famille II. Acetobacteraceae

Elle regroupe des cellules ellipsoïdes ou en bâtonnet, Gram-négatif ou variable, pouvant former des chaînes. Des formes polymorphes peuvent apparaître (sphériques, allongées, enflées, en forme de crosse, courbées ou filamenteuses). Mobiles par flagelles péritriches ou par 1 à 8 flagelles polaires ou non mobiles. Aérobies stricts, catalase positive et oxydase négative. pH optimum 5 à 6. Oxydent l'éthanol en acétate. Se rencontrent dans des niches légèrement acides, sucrées et alcoolisées comme les fleurs, les fruits, la bière, le vin, le cidre, le vinaigre, le miel.

Acetobacter (L. acetum, vinaigre)

Cellules ellipsoïdes ou bâtonnets droits ou légèrement incurvés (0,6-0,8 x 1-4 microns), pléomorphes. Parfois mobiles par flagelles péritriches ou latéraux. Quelques souches produisent un pigment brun soluble dans l'eau et présentent des colonies roses (porphyrines). L'acétate et le lactate sont oxydés en CO2 et H2O. Les meilleures sources de carbone sont l'éthanol, le glycérol et le lactate. Causent la maladie rose de l'ananas et la pourriture du pommier et du poirier. Une espèce synthétise une gaine de microfibrilles de cellulose autour des amas cellulaires ; ce métabolisme passe par la transformation intracellulaire du glucose en polyglucosane qui est excrété puis cristallisé progressivement en cellulose grâce à l'intervention d'un terpène en C35. On trouve la bactérie du vinaigre dans des niches écologiques riches en alcool. Cette bactérie a été l'occasion de très nombreuses études, notamment par de nombreux pionniers de la microbiologie comme Pasteur, Neuberg, Beijerinck. ADN : 51 à 65 mol % de G+C. Treize espèces, dont l’espèce type Acetobacter aceti.

Acidicaldus (L. acidum, acide; L. caldus, chaud)

Bâtonnets droits (0,5 x 1,2-1,5 microns), mobiles, non sporulés, Gram négatif. Colonie petite, blanche à crème. Absence de bchl et de caroténoïdes. Anaérobies facultatifs capables de respirer le fer ferrique. Chimio-organotrophes utilisant des composés organiques simples comme les sucres et les alcools de faible poids moléculaire. Croissance inhibée par les acides aliphatiques. Capables d'oxydation dissimilatrice du soufre élémentaire sans croissance autotrophe. La croissance exige un facteur de croissance comme l'extrait de levure, des vitamines ou l'hydrolysat de caséine. Acidophiles avec croissance entre pH 2,5 et 3 (1,75->3). Thermophiles modérés avec croissance optimale entre 50-55 °C (40-65°C).  ADN : 72 mol % G+C. Une seule espèce isolée de sources géothermiques acides et de sols, Acidicaldus organivorus.

Acidiphilium

Bâtonnets droits (0,3-1,2 x 0,6-4,2 microns), mobiles par un flagelle polaire ou deux flagelles latéraux, ou non mobiles, Gram négatif. Colonie brun pâle, rouge, rosâtre ou violette. Présence de bchl a et de caroténoïdes. Aérobies stricts, catalase positive, oxydase négative. Acidophiles avec croissance entre pH 2,5 et 6. Mésophiles avec croissance optimale entre 25 et 37 °C. Chimio-organotrophes utilisant des concentrations faibles en extrait de levure, bio-Trypcase et glucose. ADN : 63-68 mol % G+C. Huit espèces isolées d’environnements minéraux acides (pyrite, cuivre, charbon, uranium), dont Acidiphilium cryptum, contaminant des cultures d’enrichissement d ’Acidithiobacillus ferrooxidans. Utilité en biolixiviation des minerais pauvres.

Acidisoma (L. acidum, acide ; G. soma, corps)

Coccobaciles (0,7-1,5 x 1,4-4,1 microns), isolés, en paires ou chaînes, capsulés, non mobiles, non sporulés, Gram négatif. Production de PHB. Colonie circulaire, lisse, convexe et gélatineuse, blanche à crème ou rosâtre. Aérobies stricts chimio-organotrophes, catalase et oxydase positives. Utilisent des sucres, des polyalcools et quelques acides organiques. Hydrolysent amidon, héparine, xylan et fucoidan. Quinone respiratoire majeure ubiquinone-10. Lipides polaires : phosphatidylglycérol, diphosphatidylglycérol, phosphatidylcholine, phosphatidyléthanolamine et un aminolipide inconnu. Acidophiles modérés et psychrotolérants. Croissance optimale à 15-25°C (2-30°C), pH 4,5-6,5 (3-7,5) et moins de 15 g/l de NaCl. ADN : 60-62 mol % G+C. Deux espèces isolées de tourbières en Russie, dont Acidisoma tundrae.

Acidisphaera

Coques ou coccobaciles (0,7-1 x 0,8-1,2 microns), non mobiles, Gram négatif. Présence de granules de polyphosphate. Colonie rose saumon à rouge (Spirilloxanthine). Croissance optimale à 30-35 °C (20-40 °C) et pH 4,5-5. Utilise quelques acides organiques et sucres. ADN : 69-70 mol % G+C. Une seule espèce isolée de sites miniers et de sources chaudes acides, Acidisphaera rubrifaciens.

Acidocella

Bâtonnets (0,5-0,8 x 1-1,8 microns), souvent en chaînes et petits amas, mobiles par flagelles polaires, Gram négatif. Aérobies stricts chimio-organotrophes. Mésophiles et acidophiles. Croissance à 25-37 °C et pH 3-6. Catalase positive, oxydase négative. Utilisent les sucres et acides aminés. ADN : 59-64 mol % G+C. Deux espèces isolées d’environnements miniers acides, dont Acidocella facilis.

Acidomonas

Bâtonnets (0,8-1 x 1,5-3 microns), isolés et rarement en paires, non mobiles, Gram négatif. Colonie blanche à jaune pâle. Aérobies. Production d’acide sur glucose seul. Oxydase et catalase positives. Croissance optimale à 30-37 °C, pH 3-5 (2-5,5) et NaCl < 3%. ADN : 63-65 mol % G+C. Une seule espèce, Acidomonas methanolica.

Ameyamaea (Minoru Ameyama, microbiologiste japonais)

Bâtonnets (0,6-0,8 x 1,0-1,8 microns), mobiles par un flagelle polaire, Gram négatif. Colonie crémeuse, lisse, entière. Produisent acide acétique sur éthanol. Oxydent l’acétate en CO2+H2O, mais plus faiblement le lactate. Produisent 5-ceto-D-gluconate et 2-ceto-D-gluconate sur D-glucose. Production d’acide sur de nombreux sucres. Quinone isoprénoïde majeure Q-10. ADN : 66 mol % G+C. Une seule espèce isolée d’une fleur de gengembre en Thaïlande, Ameyamaea chiangmaiensis.

Asaia (Toshinobu Asai, bactériologiste japonais)

Bâtonnets (0,4-1 x 0,8-2 microns) péritriche, Gram négatif. Colonie rose à jaunâtre. Aérobies oxydant l’acétate et le lactate en CO2 et eau. Produisent 2- et 5-céto-D-gluconate sur glucose. Production d’acide sur sucres. Croissance à pH 3 et 30 °C. ADN : 60 mol % G+C. Une seule espèce isolée d’une fleur d’orchydée d’Indonésie, Asaia bogorensis (de l’île de Bogor).

Belnapia (J. Belnap, microbiologiste américaine)

Coques non mobiles, pigmentées en rouge par des caroténoïdes, ne contenant pas de Bchl a. Gram négatif. Colonie convexe, ronde et rugueuse. Aérobies anaérobies facultatives, oxydase et catalase positives. Oxydent les sucres et acides aminés sans production d’acides sur sucres. Fermentent plusieurs sucres mais pas le glucose. Réduisent le nitrate en nitrite. Croissance optimale à 25°C (15-30°C) et pH 7 (6-8). Pas de tolérance à NaCl. ADN : 75 mol % G+C. Une seule espèce isolée au Colorado, Belnapia moabensis.

Craurococcus (G. crauros, fragile; G. coccus, coque)

Coques (0,8-2 microns de diamètre) non mobiles, Gram négatif. Colonie rose. Catalase et oxydase positives. Aérobies stricts hétérotrophes. Photohétérotrophes facultatifs. Présence de bchl a, spirilloxanthine et acides caroténoïques. Réduisent le nitrate en nitrite. Croissance optimale à 28-32 °C et pH 7,5. Production d’acides sur sucres. ADN : 71 mol % G+C. Une seule espèce isolée du sol, Craurococcus roseus.

Gluconacetobacter

Bâtonnets, isolés, en paires, en chaînes ou petits amas, péritriches ou non mobiles, Gram négatif. Aérobies oxydant l’acétate et le lactate en CO2 et eau. Produisent de l’acide sur sucres, principalement du 2- et 5-cétogluconate sur glucose et du dihydroxyacétone sur glycérol. ADN : 55-66 mol % G+C. Neuf espèces, dont Gluconacetobacter (ex-Acetobacter) liquefaciens.

Gluconobacter (L. acidum gluconicum, acide gluconique)

Cellules ellipsoïdes ou bâtonnets (0,5-0,8 mm x 0,9 à 4,2 microns) avec formes larges, irrégulières. Parfois mobiles par trois à huit flagelles polaires, rarement monotriches. La plupart des souches peuvent croître à pH 3,6. N'oxydent pas l'acétate ou le lactate en CO2 et H2O. Forte cétogénèse à partir des polyalcools ; production d'acide 2-cétogluconique sur glucose. Forte production d'acide sur glucose et xylose. Cette bactérie occasionne la maladie rose de l'ananas et la pourriture du pommier et du poirier. Elle prolifère dans les niches riches en sucres (fleurs et fruits). En phase stationnaire, les cellules présentent des complexes polaires de membranes intracytoplasmiques accompagnées d'une forte concentration de ribosomes, sous forme soit d'arrangement lamellaire, soit de masse amorphe avec une membrane trilaminaire. C'est probablement le résultat d'une invagination de la membrane plasmique en fin de division active. ADN : 56-64 mol % G+C. Quatre espèces, dont l’espèce type Gluconobacter oxydans utilisée dans l'industrie pour produire sorbose/sorbitol, gluconate, 2- et 5-cétogluconate, tartrate/glucose et dihydroxyacétone/glycérol.

Granulibacter (L. granulum, grain)

Coccobaciles à bâtonnets (0,6-0,8 x 2-3 microns), non mobiles, Gram négatif. Aérobies stricts, oxydase négative et catalase positive. Produisent un pigment jaune. Oxydent faiblement l’acétate et le lactate en CO2 et H2O, produisent peu d’acétate sur éthanol et pas de dihydroxyacétone sur glycérol. Peuvent utiliser le méthanol comme source de carbone. Préfèrent de fortes concentrations (50 g/l) de glucose pour leur croissance. Produisent de l’acide sur glucose et éthanol et variablement sur glycérol. Croissent sur glutamate et mannitol agar. Assimilent l’azote ammoniacal. Croissance optimale à 35-37°C et pH 5-6,5. ADN : 59 mol % G+C. Une seule espèce isolée d’une culture de lymphe prélevée d’une granulomatose chronique d’un patient aux USA, Granulibacter bethesdensis.

Kozakia (Michio Kozaki, microbiologiste japonais)

Bâtonnets (0,6-0,8 x 2-3 microns), non mobiles, non pigmentés. Gram négatif. Aérobies stricts, oxydase négative et catalase positive. Produisent une substance muqueuse proche du levan sur saccharose ou D-fructose. Oxydent faiblement l’acétate et le lactate en CO2 et H2O, produisent de l’acétate sur éthanol et du dihydroxyacétone sur glycérol, du D-gluconate, 2-céto-D-gluconate et 5-céto-D-gluconate sur D-glucose, et g-pyrones sur D-fructose. Produisent des acides sur certains sucres. Ne réduisent pas le nitrate. Quinone majeure Q-10. Croissance inhibée par 300 g/l de D-glucose mais pas par 3,5 g/l d’acide acétique à pH 3,5.  Croissance optimale à 30°C et pH 3,0. ADN : 57 mol % G+C. Une seule espèce isolée de sucre brun de palme à Bali, Indonésie, Kozakia baliensis.

Muricoccus (G. mura, mur)

Bâtonnets courts (0,8-1,2 x 1-1,2 microns), souvent en diplocoques, non mobiles, Gram négatif. Colonie rose, mucoïde, de 2-3 mm de diamètre. Aérobies chimio-organotrophes, catalase et oxydase positives. Oxydent les sucres, acides organiques et aminés. Pas de production d’acide sur sucres. Quinone majeure Q-10. Croisance optimale à 30°C (>15-<45°C). ADN : 69 mol % G+C. Une seule espèce isolée des gravats d'une crêche, Muricoccus roseus.

Neoasaia (G. neo, nouveau; L. Asaia, Toshinobu Asai, bactériologiste japonais)

Bâtonnets (0,8-1 x 1-2 microns), non mobiles, Gram négatif. Colonie rose, luisante, lisse, élevée, entière. Aérobies stricts. Produisent de l'acide acétique sur éthanol. Croissance sur 300 g/l de glucose. Produisent du 2-céto-D-gluconate et 5-céto-D-gluconate sur D-glucose. Produisent des acides sur certains sucres. Croissance inhibée par 10 g/l de KNO3 mais pas par 3,5 g/l d’acide acétique.Quinone majeure Q-10. ADN : 63 mol % G+C. Une seule espèce isolée d'une fleur de gingembre rouge en Thaïlande, Neoasaia chiangmaiensis.

Neokomagataea (Kazuo Komagata, microbiologiste japonais)

Bâtonnets (0,6-0,8 x 1,0-1,6 microns), non mobiles, Gram négatif. Pas de production de pigment brun soluble dans l’eau. Colonie crème, lisse, entière. Faible production d’acétate sur éthanol. N’oxydent ni acétate, ni lactate. Croissance sur glutamate ou mannitol, et avec 300 g/l de glucose. Pas de croissance avec 3,5 g/l d’acétate, 10 ou 20 g/l NaCl ou 10 g/l KCl. Pas de croissance sur méthanol. Production de dihydroxyacétone sur glycérol négative. Produisent 2-céto-gluconate, 5-céto-gluconate et 2,5-dicéto-D-gluconate sur D-glucose. Quinone isoprénoïde majeure Q-10. ADN : 51-57 mol% G+C. Deux espèces isolées de fleurs en Thaïlande, dont Neokomagataea thailandica.

Paracraurococcus

Coques (0,8-1,5 microns de diamètre), non mobiles, Gram négatif. Colonie rouge irrégulière. Catalase et oxydase positives. Accumulent du PHB. Aérobies stricts hétérotrophes. Photohétérotrophes facultatifs. Présence de bchl a, spirilloxanthine et acides caroténoïques. Réduisent le nitrate en nitrite. Croissance optimale à 30-34 °C et pH 6,6-6,8. Production d’acides sur sucres. ADN : 70-71 mol % G+C. Une seule espèce, Paracraurococcus ruber.

Rhodopila (G. rhodos, la rose; L. pila, sphère)

Cellules sphériques à ovoïdes (1,6-1,8 microns de diamètre), isolées ou en paires, mobiles par flagelles polaires, Gram négatif. Système membranaire interne de type vésiculaire. Pigments photosynthétiques : bchl a et cétocaroténoïdes. Croissance photohétérotrophe anaérobie à la lumière (couleur rouge pourpre) et microaérophile à l’obscurité (couleur rose) sur quelques sucres et acides organiques. Acidophiles. Croissance optimale à 30-35 °C et pH 4,8-5,6. Fixent l’azote. ADN : 66 mol % G+C. Une seule espèce isolée d’une source sulfureuse acide du parc de Yellowstone, Rhodopila globiformis.

Rhodovarius

Bâtonnets courts (0,8-1,2 x 1-1,2 microns), formant de longs filaments en culture liquide, non mobiles, Gram négatif. Pigments caroténoïdes. Colonie rouge, mucoïde, de 2-3 mm de diamètre. Aérobies stricts chimio-organotrophes, oxydase et catalase positives. Pas de production d’acide sur sucres qui ne sont pas utilisés. Ubiquinone majeure Q-10. Croissance optimale à 30°C (>15-<45°C). ADN : 72 mol % G+C. Une seule espèce, Rhodovarius lipocyclicus.

Rhodovastum (G. rhodon, la rose ; L. vastum, vaste)

Bâtonnets à cellules ovales (2-3 x 3-10 microns), mobiles par un flagelle polaire, Gram négatif. Division par fission binaire. Cultures phototrophes rouge à brune. Les cellules obtenues par phototrophie contiennent des membranes intracytoplasmiques de type vésiculaire avec de la bactériochlorophylle a et des caroténoïdes des séries normales de spirilloxanthine. Phototrophes facultatifs avec croissance anaérobie à la lumière et aérobie à l’obscurité. La phototrophie avec des composés organiques simples est le mode de croissance préféré. Biotine et para-aminobenzoate requis. Les quinones majeures sont l’ubiquinone-10 et la rhodoquinone-10. Mésophiles, légèrement acidophiles et non halophiles. Croissance optimale à 30-35°C (20-40°C) et pH 6,0-6,5 (5,0-8,5). Faible croissance avec 10 g/l NaCl. ADN : 68 mol % G+C. Une seule espèce isolée de sols de rizière au Japon, Rhodovastum atsumiense.

Roseococcus

Coques (0,9-1,3 x 1,3-1,6 microns), mobiles par un flagelle polaire, Gram négatif. Bchl a et caroténoïdes. Aérobies chimio-organotrophes et photohétérotrophes facultatifs. Catalase et oxydase positives. Croissance rapide sur acides organiques et faible sur sucres. Oxydation du thiosulfate en sulfate en présence de composés organiques. ADN : 70 mol % G+C. Une seule espèce, Roseococcus thiosulfatophilus isolée d’un couche de cyanobactéries d’une source chaude alcaline et sulfureuse.

Roseomonas

Bâtonnets coccoïdes renflés à coques, en paires ou courtes chaînes, mobiles par un flagelle polaire, Gram négatif. Colonie rose pâle. Aérobies, catalase positive, oxydase variable. Croissance entre 25 et 42 °C. ADN : 65-71 mol % G+C. Trois espèces, dont Roseomonas gilardii. Pathogènes pour l’homme, causant des bactérémies, des plaies du conduit urinaire et d’autres infections.

Rubritepida (L. rubrus, rouge; L. tepidus, ver)

Bâtonnets courts (0,7-1,2 x 1,4-1,7 microns), mobiles par un flagelle polaire, non sporulés, Gram négatif. Présence de bchl a à l'obscurité et de caroténoïdes. Colonie rouge. Aérobies stricts chimio-organotrophes, oxydase et catalase positives. Utilisent sucres et acides organiques et aminés. Hydrolysent hippurate et Tween. Quinone majeure Q-9. Croissance optimale à 50°C et pH 7,5-8. ADN : 70 mol % G+C. Une seule espèce isolée d'une source chaude en Hongrie, Rubritepida flocculans.

Saccharibacter (L. saccharum, sucre)

Bâtonnets (0,8-1 x 2,5-4 microns), non mobiles, non pigmentés. Gram négatif. Aérobies stricts chimio-organotrophes, oxydase négative et catalase positive. Croissance sur 20 à 400 g/l de glucose avec un optimum aux environs de 100 g/l. Produisent très peu d’acide sur éthanol. Production d’acide sur sucres. Produisent les acides gluconique, 2-céto-D-gluconique et 5-céto-D-gluconique sur glucose. Croissance optimale à 30°C et pH 5-7 (>4-<8). ADN : 52-53 mol % G+C. Une seule espèce isolée du pollen au Japon, Saccharibacter floricola.

Stella

Cellules plates en forme d'étoiles à six branches (étoile de David). La division cellulaire commence par une légère élongation dans deux directions. Les cellules filles ont la forme de couronnes à 3 pointes. Les pédoncules presque triangulaires sont également plats donnant ainsi aux cellules une forme de lentille de profil. On les rencontre dans le sol, les ruisseaux, les étangs, les lacs et les mers. La forme étoilée se rencontre surtout en milieu pauvre. En milieu riche, la forme est irrégulière ou sphérique. Dimensions 0,7 à 2,0 microns. Accumule du PHB. Cellules immobiles aérobies, n'utilisant pas les sucres et les alcools, réduisant le nitrate. ADN : 60 mol % G+C. Deux espèces, dont Stella humosa.

Swaminathania (Swaminathan, biologiste indien, père de la Révolution Verte en Inde)

Bâtonnets droits aux extrémités arrondies (0,7-0,9 x 1,9-3,1 microns), mobiles par des flagelles péritriches, Gram négatif. Produisent des pigments bruns solubles dans l’eau. Aérobies, catalase positive et oxydase négative. Oxydent l’éthanol en acide acétique en conditions neutres ou acides, le glucose en acide acétique, et l’acétate et lactate en CO2 et eau. Bonne croissance en présence de 0,35 % d’acide acétique, 3 % de NaCl et 1 % de KNO3. Production d’acide sur sucres. Capables de fixer l’azote atmosphérique et de solubiliser les phosphates. Quinone majeure Q-10. ADN : 58-60 mol % G+C. Une seule espèce isolée d’un riz sauvage de mangrove en Inde, Swaminathania salitolerans.

Tanticharoenia (Morakot Tanticharoen, microbiologiste thaïlandais)

Bâtonnets (0,6-0,8 x 1,0-1,6 microns), non mobiles, Gram négatif.Colonie crème et lisse, entière. Production d'un pigment brun soluble dans l'eau. Aérobies. Oxydent l’éthanol en acide acétique mais pas l'acétate ni le lactate. Faible croissance sur glutamate ou mannitol agar. Croissance sur 300 g/l de glucose. Croissance en présence de 0,35 % d’acide acétique mais pas 1 % de KNO3 ou sur méthanol. Production d’acide sur sucres. Quinone majeure Q-10. ADN : 65-66 mol % G+C. Une seule espèce isolée du sol en Thaïlande, Tanticharoenia sakaeratensis.

Teichococcus (G. teichos, mur)

Bâtonnets courts (0,8-1,2 x 1-1,2 microns), souvent en diplocoques, non mobiles, Gram négatif. Colonie rose, mucoïde, de 2-3 mm de diamètre. Aérobies chimio-organotrophes, catalase et oxydase positives. Oxydent les sucres, acides organiques et aminés. Pas de production d’acide sur sucres. Quinone majeure Q-10. Croisance optimale à 30°C (>15-<45°C). ADN : 66 mol % G+C. Une seule espèce isolée des gravats d'une crêche,Teichococcus ludipueritiae.

Zavarzinia (G. A. Zavarzin, microbiologiste russe)

Bâtonnets parfois incurvés, mobiles par un très long flagelle polaire (6-8,5 microns), Gram négatif. Aérobies, catalase positive. Exigent de la thiamine pour sa croissance. Utilisent les acides organiques et aminés mais pas les sucres. Croissance chimiolithoautotrophe sur CO avec un temps de division de 18 h. Présence de cytochromes a, b et c. Dénitrifiants formant du N2O. ADN : 66 mol % G+C. Une seule espèce isolée d’un sédiment de la Moscova en Russie, Zavarzinia (ex-Pseudomonas) compransoris.

 

 

Accueil
Introduction
Classification résumée
Classification générale
Liste alphabétique

Groupes trophiques spéciaux

Classification de Cavalier-Smith
Conclusion
Biblio
Plan du site
 
Synonymes